Syros (îles des Cyclades)

Louvre-Lens

De marbre

Je suis là depuis que le monde est monde, depuis que le vent souffle sur les pierres. Je sais tout mais je ne dis rien. Je sais les guerres et les tempêtes, ceux que la mort oublie et ceux qu’elle n’oublie pas. Je sais les naissances et les larmes, le rire des petits et les peurs des grands. Je sais le silence de la nuit et ses soupirs aussi. Je sais qui je suis mais eux ne le savent pas.
On m’a beaucoup déplacée, souvent cachée et un peu abîmée. On m’a raconté mille récits et récité mille prières. Les hommes me parlent, les femmes me touchent, seuls les enfants affrontent mon regard. On m’a beaucoup caressée, souvent négligée et un peu malmenée. On m’a donné un nom puis un autre, avant de les oublier tous. Certains entendent ma voix, d’autres savourent mon silence. Un seul regard vers moi suffit à tisser le lien entre nous. Allez en paix, je suis la gardienne du temps, celle qui écoute le vent.